Être axé sur le marché plutôt que sur les ventes : une révolution culturelle?